Oui, je sais.... nous avons pris du retard.   Emportés par le tourbillon d'un quotidien aux multiples surprises.

Et les plages d'accès à l'ordi sont quelque peu réduites car les candidats accros sont nombreux. Bref, le fil reprend.

Samedi 11 août: visite du Wat ( comprenez temple) Khunaram de Lamaï, haut lieu de pélerinage connu pour son moine momifié. Sachez que pour gravir les marches de tout édifice sacré, il est nécessaire de se déchausser.

IMGP1288   IMGP1289

 

Le sanctuaire est composé: -  d'un temple très coloré auquel on accède par un escalier en triangle bordé de rampes en forme de dragons à écailles vertes et dorées. 

                                          - d'un sanctuaire ouvert consacré au corps du moine Luan Phaw Daeng exposé dans une caisse de verre dans une posture méditative.

IMGP1283     IMGP1284

                                                - d'une boutique, d'une cantine ouverte et de bâtiments d'habitations réservés aux moines et aux écoliers.

Le spectacle est plutôt insolite et déconcertant. On ne peut que s'interrroger sur les formes colorées et extravagantes de la religon bouddhiste. Nous sommes impressionnés par ce cadavre décharné digne et hiératique doté de lunettes de soleil qui nous interdisent de contempler en face le secret de l'au delà. Pourtant la mort est ainsi mise en spectacle comme une réalité quotidienne palpable. Les thaïs cherchent-ils ainsi à mieux vivre leur condition de mortels?

IMGP1296      IMGP1291

 

 

IMGP1286

 

Quoiqu'il en soit, un moine qui veille sur la momie nous propose un bracelet tissé protecteur à chacun : nous prenons place en face de lui et il récite une courte prière avant de le fermer avec 3 noeuds. Nous déambulons heureux et détendus puis nous reprenons un song kheow pour découvrir encore un lieu idyllique, la plage du Baobab: imaginez de gros rochers gris polis éparpillés sur une plage de sable extra-fin elle-même bordée de cocotiers et de frangipaniers aux fleurs jaunes et blanches. Nous dégustons un coconut shake frais entre deux baignades.

Et pour finir, l'histoire de ce moine est intéressante à raconter. La voici:

Vers la fin de sa vie, un riche habitant de Samui fit voeu de pauvreté et devint moine. La légende veut qu'il prédit lui même la date exacte de sa mort, en demandant que son corps soit alors placé dans un cercueil transparent. L'homme mourut à la date annoncée en 1973, à l'âge de 79 ans, et sa dernière volonté fut respectée. Or, depuis 1973, sa dépouille refuse de se décomposer.: les bouddhistes y voient la preuve que la méditation permet de dépasser les lois de la nature. (encadré du Guide Vert)