17 et 18 août:il est 9H; nous partons à l'aventure vers Koh Tao via l'île de Koh Pha-Ngan avec seulement nos billets aller bateau. Nous empruntons un mini-bus pour nous rendre à Nathon, le port de Samui. Le conducteur adopte une conduite rock'n roll cahotique qui, nous ne le savons pas encore, préfigure l'aventure mouvementée que nous allons vivre.

Excepté un retard de + d'1 heure et un bateau pourri bondé, le trajet vers Koh Pha Ngan se passe bien. Koh Pha Ngan se présente comme une île montagneuse couverte d'un manteau de forêts. On aperçoit une éolienne sur un promontoire rocheux. Elle est célèbre pour ses fêtes de la pleine lune qui attirent chaque mois les jeunes du monde entier.  Lorsque nous arrivons à Thong Sala, port situé à l'ouest, nous changeons de bateau: celui-la est plus petit mais plus confortable: nous nous installons dans la cabine du pont pour engloutir notre pique-nique avant les deux heures de traversée supplémentaires qui nous attendent. Nous sommes écrasés par la chaleur et notre embarcation tangue sévèrement. Nous sommes soulagés quand nous atteignons Ban Mae hat mais il est  déjà 15h 30; la recherche de billets retour et d'un bungalow devront être efficaces si on veut encore profiter des eaux cristallines de l'île.

Le port est minuscule à l'échelle de Koh Tao (21 km2): imaginez un ponton branlant tout en bois qui s'étire sur 50m; nous nous demandons comment il peut supporter le flux journalier de touristes déversé par les bateaux mais nous nous y aventurons guilleret. Une nuée de rabateurs se jette sur nous: "taxi boat, taxi boat, !, nous nous frayons péniblement un chemin à travers une marée humaine et nous découvrons une ruelle étroite bordée de shops en tous genres où seuls les "motorbikes" et les piétons peuvent circuler. Le temps d'abandonner Luc (au bord de la syncope) et les enfants  dans un bar, Pascal et moi nous mettons en quête de billets retour pour le lendemain. Première difficulté: plus de places disponibles sauf le lendemain matin à 10h! Nous n'aurons pas beaucoup de temps pour savourer la beauté des lieux! De retour au bar, nous appelons des hôtels et O surprise! le resort qui était plein la veille a encore deux bungalows. Chouette ! Il faut maintenant trouver cet endroit idyllique! Le patron du bar nous offre une carte de l'île et nous explique que la plage où il se trouve est accessible par bateau ou à pied à travers la forêt par un sentier de randonnée.

Nous décidons malgré l'heure tardive de partir à pied: nous ne sommes pas déçus car la balade est magnifique: nous longeons des bords de mer splendides, nous traversons de magnifiques resorts de bois et de bambou bâtis sur des rochers et arrivons 35 mn plus tard dans une petite crique en demi-lune, la plage de Sai Si Chuan ; c'est là que nichent d'adorables cabanes  en bois, toutes dotées d'une terrasse et d'un hamac avec vue sur l'océan. Ils se confondent avec le paysage. C'est le retour à la nature. Dommage que le ciel soit couvert, nous ne pouvons admirer le coucher du soleil.

 

IMGP1354    IMGP1388

 

IMGP1418   P8180090

IMG_8935

 

 

 

Nous obtenons 2 bungalows, certes rustiques mais fonctionnels et surtout  équipés delits avec moustiquaires. Cela séduit Noé et Salomé. Nous passons un moment exceptionnel dans ce bout du monde sauvage; nous dînons à la mode thaïe, assis ou accroupis sur des coussins colorés autour d'une table basse carrée. Nous admirons les paysages qui nous entourent, la nuit nous enveloppe rapidement et nous nous endormons bercés par le roulis des vagues. Bien sûr, nous rêvons quelque peu de scorpions, scolopendres et serpents.... Dès l'aube, nous goûtons à la fraîcheur de l'eau et les enfants découvrent les poissons colorés matinaux et les crabes qui courent sur les rochers. Après un petit-déjeuner copieux riche en fruits, nous quittons ce paradis.

Le retour en bateau est cauchemardesque car la mer est houleuse. Salomé, Luc, Noé, Alban et Tristan choisissent de s'installer sur le pont pour respirer le grand air; dans la cale, Pascal et moi vivons cette épreuve stoïquement mais avec sueurs froides; autour de nous, ça vomit, ça pleure.... C'est quand la terre ferme ?  L'arrivée à Nathon n'a jamais été aussi attendue. Pascal est vacciné, il restera sur son île ad aeternam.

L'aventure épique est finie.